Heimberg-Steffisbourg, canton de Berne, poterie David And(e)res (1810-1873)

Plat à barbe (SMT 649). Il l’a signé en 1866. « Ein Mann ohne Bart, hat gar keine Art – Un homme sans barbe n’a guère de charme ».

Céramiques de David And(e)res dans CERAMICA CH

Andreas Heege, Andreas Kistler 2019

David And(e)res (1810-1873 ; Buchs 1988, 94) était un potier bernois qui a probablement travaillé dans l’atelier de de poterie situé au numéro 89 de la rue Dornhalde (littéralement « tas d’épines ») à Heimberg. Cependant, l’atelier n’était pas à lui mais appartenait à son beau-frère Niklaus Beutler-Andres (1817- ?), qui était également potier. Niklaus avait acquis la parcelle en 1842 et y avait construit une nouvelle maison avec un atelier de poterie (registre foncier Steffisbourg 18, 424-426).

Nous savons relativement peu de choses sur la vie et la production de David And(e)res (né à Berken, paroisse de Herzogenbuchsee, canton de Berne, arrondissement administratif de Haute-Argovie, à une cinquantaine de km au nord de Heimberg). Cependant, il a acquis une notoriété dans la recherche sur la céramique grâce à un plat à barbe (SMT 649, Heege/Kistler 2017, 473 fig. 1). Il l’a signé en 1866, l’a décoré avec une peinture en bleu de cobalt présentant d’importantes coulures et y a apposé une inscription caractéristique en brun foncé.

Assiette à bord ondulé (SMT 4462), sa plus ancienne pièce, datée de 1855 : « Ich küsse zart, doch ohne Bart – J’embrasse tendrement, même sans barbe ».

Ce n’est qu’à partir de 1855 qu’on trouve des céramiques décorées seulement d’une peinture bleue et d’inscriptions brun foncé (SMT 4462) dans le canton de Berne. Ce style de décor, qui peut également être associé à un décor multicolore réalisé au barolet, est souvent attribué dans la littérature à un seul atelier, à savoir celui du potier David And(e)res à Heimberg en raison du plat à barbe ci-dessus (SMT 649) (Wyss 1966, 40 ; Messerli-Bolliger 1991, 47-48 ; Roth-Rubi/Schnyder/Egger/Fehr 2000, 6-10 ; Boschetti-Maradi 2007, 58-59). Toutefois, cette affirmation ne tient pas en raison de la datation des objets (qui court jusqu’en 1884 alors que David And(e)res décède en 1873). Il en va de même pour l’affirmation de Fernand Schwab qui les attribue uniquement à l’atelier de la poterie Loosli à Wimmis, dans le canton de Berne, à une quinzaine de kilomètres au sud de Heimberg, (Schwab 1921, 106, remarque 72). Par ailleurs, il n’est pas du tout certain qu’un seul atelier de poterie à Heimberg ait produit des céramiques peintes en bleu. Par exemple, le maître potier Christen Matthis à Heimberg a produit des céramiques très similaires dans son atelier également situé à la rue Dornhalde, comme le prouve une assiette datée de 1872 (MKB VI-919 ; Messerli Bolliger 1991, planche 14, fig. 25). Dans une poterie du village voisin de Steffisbourg, on a également trouvé des fragments de céramiques partiellement décorées en bleu sur un engobe de fond blanc datant de la première moitié du 19ème siècle (Heege 2012, fig. 12). Et à Langnau, dans l’Emmental bernois, on sait qu’à partir de 1840 (RML A089) mais surtout après le milieu du 19ème siècle, on utilise intensivement la couleur bleue et ces coulures sur des céramiques peintes au barolet (Heege/Kistler 2017, fig. 205).

Bibliographie : 

Blaettler/Schnyder 2014
Roland Blaettler/Rudolf Schnyder, CERAMICA CH II: Solothurn (Nationales Inventar der Keramik in den öffentlichen Sammlungen der Schweiz, 1500-1950), Sulgen 2014, 62–63.

Boschetti-Maradi 2007
Adriano Boschetti-Maradi, Geschirr für Stadt und Land. Berner Töpferei seit dem 16. Jahrhundert (Glanzlichter aus dem Bernischen Historischen Museum 19), Bern 2007.

Buchs 1988
Hermann Buchs, Vom Heimberger Geschirr zur Thuner Majolika. Thun 1988.

Heege 2012
Andreas Heege, Drei neuzeitliche Grubeninventare von Jegenstorf, in: Archäologie Bern/Archéologie bernoise. Jahrbuch des Archäologischen Dienstes des Kantons Bern, 2012, 159-196.

Heege/Kistler 2017
Andreas Heege/Andreas Kistler, Poteries décorées de Suisse alémanique, 17e-19e siècles – Collections du Musée Ariana, Genève – Keramik der Deutschschweiz, 17.-19. Jahrhundert – Die Sammlung des Musée Ariana, Genf. Mailand 2017.

Hoffmann-Krayer 1914
Eduard Hoffmann-Krayer, Heimberger Keramik. Schweizer Archiv für Volkskunde 18, 1914, 94–100.

Messerli Bolliger 1991
Barbara E. Messerli Bolliger, Der dekorative Entwurf in der Schweizer Keramik im 19. Jahrhundert. Zwei Beispiele: Das Töpfereigebiet Heimberg-Steffisburg-Thun und die Tonwarenfabrik Ziegler in Schaffhausen. Keramik-Freunde der Schweiz, Mitteilungsblatt 106, 1991, 7–100.

Roth-Rubi/Schnyder/Egger u.a. 2000
Kathrin und Ernst Roth-Rubi/Rudolf Schnyder/Heinz und Kristina Egger u.a., Chacheli us em Bode… Der Kellerfund im Haus 315 in Nidfluh, Därstetten – ein Händlerdepot, Wimmis 2000.

Schwab 1921
Fernand Schwab, Beitrag zur Geschichte der bernischen Geschirrindustrie (Schweizer Industrie- und Handelsstudien 7), Weinfelden/Konstanz 1921.

Wyss 1966
Robert L. Wyss, Berner Bauernkeramik (Berner Heimatbücher 100-103), Bern 1966.