Saint-Moritz, Musée de l’Engadine (ME-STM)

Musée de l’Engadine, Saint-Moritz 
Via dal Bagn 39, 7500 St. Moritz
E-Mail: info@museum-engiadinais.ch
Tél. :  +41 81 833 43 33

Céramiques du Musée de l’Engadine dans CERAMICA CH

Andreas Heege, 2019

Le Musée de l’Engadine à Saint-Moritz, région de Maloja, canton des Grisons, est un musée de la vie alpine et de l’habitat du 15ème au 19ème siècle, qui a été construit en 1906 pour le compte du collectionneur Riet Campell, spécialement pour sa collection d’intérieurs de maisons historiques (pour le Musée et la collection, voir Campell 1946 ; Casutt 2006 ; Caviezel 1993 ; Maier 2006). L’architecte Nikolaus Hartmann Jr. a créé pour lui une maison de l’Engadine à la manière historicisante, donc une sorte icône du « Heimatstil – style patriotique ». La maison a été bâtie autour de et pour la collection et abrite 18 intérieurs historiques. Dans les années précédentes, Riet Campell avait réuni une collection d’une qualité extraordinaire d’intérieurs de maisons complets, de meubles, d’appareils et d’objets ménagers, d’armes, de livres et de textiles provenant de l’Engadine, des vallées méridionales des Grisons, de l’Oberhalbstein (Surses), district grisonnais de l’Albula et de la Valteline italienne (Grosio). La création du musée a coïncidé avec le mouvement de protection du patrimoine dans les Grisons, qui s’est fixé pour objectif de préserver les biens culturels locaux et a essayé de contrer la menace de les « brader » à vils prix.

La collection, qui comprend plusieurs milliers d’objets, porte la marque de son fondateur Riet Campell, qui collectionnait principalement des intérieurs de maison et des objets provenant des classes supérieures de la société et non de simples agriculteurs. Elle est unique en son genre et est en grande partie mise en scène dans les salles historiques, pas toutes originaires du même endroit et dont chacune représente un type spécifique et une époque particulière.

Cette collection, compilée par Campell de son vivant, forme un ensemble autonome et fermé qui reflète l’esprit de son temps et les préférences du collectionneur, mais qui offre en même temps un tableau complet de la culture domestique de l’Engadine et des vallées voisines. Par sa cohérence, la collection offre une documentation très intéressante sur l’activité des collectionneurs au tournant des 19ème et 20ème siècles et représente de manière exemplaire les idées et les objectifs du mouvement de protection du patrimoine alors naissant. On ne trouve aucun autre musée historique ou d’histoire locale comparable en Suisse, présentant une telle concision dans sa collection. C’est ce qui rend ce Museum Engiadinais et sa collection si uniques.

Cela explique que la collection est en grande partie complète. À l’avenir, seuls les objets qui sont étroitement liés au fondateur du musée, Riet Campell, à l’architecte du musée, Nicolaus Hartmann Jr., et au mouvement de protection du patrimoine de l’Engadine et des vallées méridionales voisines des Grisons pourront être alors inclus dans la collection.

La collection comprend environ 160 objets en céramique, qui ont été saisis dans la banque d’images CERAMICA-CH. Elle contient des terres cuites, des faïences, des faïences fines, des grès et des porcelaines. Comme les objets ont été acquis auprès d’antiquaires, l’ancien lieu d’utilisation ou d’origine de ces céramiques n’est pas évident. Pour une grande partie des céramiques, on peut penser qu’elles proviennent de l’Engadine, mais cela ne peut pas être prouvé par des libellés lors des saisies d’inventaires. Seules des fouilles archéologiques aux endroits où ces céramiques auraient pu être utilisées dans le canton des Grisons pourraient probablement apporter quelques éclaircissements à ce sujet.

Parmi le groupe des terres cuites, il existe au moins quatre céramiques dont on peut supposer qu’elles sont originaires du sud de l’Allemagne (ME-STM 0270, ME-STM 2249 ME-STM 3578, ME-STM 3587). Des pièces similaires sont conservées au Musée rhétique de Coire et dans d’autres musées des Grisons et sont documentées à partir des fouilles archéologiques effectuées dans la Principauté du Liechtenstein (Heege 2016, 162-169).

Remerciements

La Fondation CERAMICA tient à exprimer ses sincères remerciements à la directrice du musée, Charlotte Schütt, et à son équipe pour leur soutien très amical et leur collaboration au travail d’inventaire.

Traduction Pierre-Yves Tribolet

Bibliographie:

Campell 1946
Riet Campell, Istorgia dal Museum Engiadinais da San Murezzan, scritta dal fundatur in occasiun da seis ottant’avel an (maschinenschriftlich vervielfältigt, Exemplar im Museum Engiadinais), Celerina 1946.

Casutt 2006
Marcus Casutt, Das Engadiner Museum wird 100. Der Heimatschutz, das Engadiner Haus und die Erfindung des Heimatstils, in: Bündner Monatsblatt: Zeitschrift für Bündner Geschichte, Landeskunde und Baukultur, 2006, Heft 2, 176-189.

Caviezel 1993
Nott Caviezel, Das Engadiner Museum in St. Moritz (Schweizerische Kunstführer 537), Bern 1993.

Heege 2016
Andreas Heege, Die Ausgrabungen auf dem Kirchhügel von Bendern, Gemeinde Gamprin, Fürstentum Liechtenstein. Bd. 2: Geschirrkeramik 12. bis 20. Jahrhundert, Vaduz 2016.

Maier 2006
Marcella Maier, Riet Campell – ein Mann und ein Museum : 100 Jahre Engadiner Museum, St. Moritz 2006.