Petit feu (Faïence, Faïence fine, Porcelaine)

Faïence aux couleurs polychromes de petit feu, vers 1780-1800, Varages, Provence

Les décors peints peuvent être de deux types: les décors de grand feu et les décors de petit feu. Dans le second cas, les couleurs sont posées sous forme d’émaux sur un émail cuit au préalable, avant d’être fixées dans une troisième cuisson, dite de petit feu. La couleur adhère à la surface de l’émail grâce au composant vitrifiable des émaux. Une polychromie nuancée, comprenant notamment les tons pourpres, ne s’obtient qu’en petit feu.

La cuisson de petit feu est la dernière (troisième) étape dans la cuisson de la vaisselle en faïence peinte ou en porcelaine, lors de laquelle les peintures particulièrement sensibles à la température (surtout les rouges) et à la réduction atmosphérique sont cuites. Ce processus se déroule normalement dans un four à moufle spécial (d’où le nom de feu de moufle), dans lequel les flammes entourent une chambre de cuisson fermée et n’ont pas directement accès au matériau de cuisson. La température de cuisson n’est généralement que d’environ 650-850 °C.

Traduction Pierre-Yves Tribolet

Termes voisins : feu de moufle, troisième cuisson, feu de réverbère

Allemand : Muffelbrand

En anglais: decoration with low-temperature colours

Bibliographie :

Blondel 2001
Nicole Blondel, Céramique, vocabulaire technique, Paris 2014, 160.