Barolet

Barolets de Horezu, Roumanie

Comme dirait Monsieur de La Palisse, le barolet, dont le nom dérive de baril, « petit tonneau », en allemand « Malhörnchen », littéralement petite corne pour peindre, est utilisé pour exécuter le décor au barolet. Dans sa forme la plus simple, il s’agit d’une corne de vache avec le calamus d’une penne d’oie enfichée dans son extrémité.

Barolets de la poterie Röthlisberger à Langnau BE, 20ème siècle

Cependant, on rencontre aussi très souvent des barolets en céramique. Ils ont un trou de remplissage sur le dessus et une ouverture plus petite pour le calamus de la plume d’oie sur le devant. Les bosselures latérales améliorent la préhension. Selon la viscosité/fluidité des engobes à peindre, le trou de remplissage doit être plus ou moins fermé avec le pouce pour réguler l’écoulement de l’engobe. En Suisse, sur le dos du barolet, sont souvent gravées les initiales de son propriétaire (finisseuse) ou du potier, ou alors, une date.

Potier de Heimberg en 1917

Les trouvailles archéologiques de barolets en céramique remontent au début de la production des décors au barolet dans la seconde moitié du 16ème siècle. Actuellement, les objets les plus anciens absolument datés proviennent des « Werraware » (type de céramiques de la région où coule la Werra, rivière d’Allemagne traversant les Länder de Thuringe, de Hesse et de Basse-Saxe) des poteries de la ville d’Enkhuizen, en Hollande-Septentrionale, Frise-Occidentale, Pays-Bas (entre 1602 et 1613, Ostkamp/Venhuis 2009, Fig. 41) et de celles de Hannoversch-Münden, Basse-Saxe, Allemagne (avant 1612, Stephan 1992, Fig. 45).

Barolet de la Renaissance à deux réservoirs, Museum auf dem Burghof, Springe, région de Hannover, Allemagne (Inv. 1993/1914, Leiber 2012, Cat. 52)

Les barolets peuvent également avoir deux ou plusieurs réservoirs avec leurs ouvertures correspondantes pour des exécutions multicolores ou en parallèle, comme, par exemple pour ces céramiques de la Renaissance allemande appelées « Weserware » (céramique de la région où coule la Weser – la Visurge en français – un fleuve allemand né de la réunion de deux rivières, la Werra et la Fulda, qui confluent en Basse-Saxe à Hann-Münden), qui ont été fabriquées entre 1550/1570 et 1630/1640 environ. Des fragments de deux de ces barolets (trouvés à Völksen, un quartier de Springe) sont conservés au Museum auf dem Burghof, Springe, région de Hannover, Allemagne.

 

Barolet multi réservoirs (ici quatre) pour la production de décors marbrés, Musée de Bonfol, canton du Jura.

Pour la production de marbrures en « œil de chat » (all. : Katzenaugen ; angl. :  cat’s eye ; Blondel 2001, p. 227) ou en « vers de terre », appelé aussi « cordés »  (all. : Regenwürmern ; angl. : earthworms, Blondel 2001, p. 227), sur les céramiques du Staffordshire, Angleterre, qu’on appelle des « dipped wares » (littéralement « céramiques immergées » – terres cuites utilitaires avec décor à l’engobe, affinées sur le tour), on trouve également des barolets ou des petits pots à peintures multi réservoirs (voir Carpentier/Rickardt 2001, Fig. 21-31). A Bonfol, dans le canton du Jura, des barolets multi réservoirs ont été utilisées pour la fabrication de marbrures multicolores.

Ce qu’on nomme « blowing bottles » (littéralement « bouteilles soufflantes ») dans le Staffordshire en Angleterre est un développement industriel des barolets (voir Carpentier/Rickardt 2001, Fig. 13). De nos jours, pour exécuter des décors au barolet d’une grande finesse, on utilise plutôt du « petites boules à peindre » (all. « Malbällchen ») en plastique avec des embouts en verre, en métal ou aussi en plastique.

Traduction Pierre-Yves Tribolet

Terme voisin :  cochonnet (en Alsace)

Allemand : Malhörnchen

Engl.: slip trailer, slip cup,  quill box, multi-chambered slip pot

Bibliographie :

Blondel 2001
Nicole Blondel, Céramique: vocabulaire technique, Paris 2001.

Carpentier/Rickard 2001
Donald Carpentier/Jonathan Rickard, Slip Decoration in the Age of Industrialization, in: Ceramics in America, 2001, 115-134.

Leiber 2012
Christian Leiber, Aus dem Pottland in die Welt. Eine historische Töpferregion zwischen Weser und Leine, Holzminden 2012, 215 Kat. 52.

Ostkamp/Venhuis 2009
Sebastiaan Ostkamp/Sjek Venhuis, « tot soulagemente van de schamele gemeente » – Het Werra-aardewerk uit de werkplaats van Dierck Claaesz Spiegel in Enkhuizen opnieuw bekeken (1602-1613), in: Hemmy Clevis/Hans van Gangelen, Werra Keramiek uit Enkhuizen opnieuw bekeken – Studies aangeboden aan Jan Thijssen, Zwolle 2009, 11-96.

Röhrich/Meinel 1975
Lutz Röhrich/Gertraud Meinel, Töpferei im Elsass dargestellt am Beispiel von zwei Familienbetrieben in Oberbetschdorf und Soufflenheim (Veröffentlichung des Alemannischen Instituts Freiburg i. Br. 36), Bühl 1975, bes. 69-75.

Stephan 1992
Hans-Georg Stephan, Keramik der Renaissance im Oberweserraum und an der unteren Werra (Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, Beiheft 7), Köln 1992, Abb. 45.