Heimberg-Steffisbourg, canton de Berne, Loder & Schweizer (1919-1925)

Bâtiment de l’ancienne manufacture Wanzenried à l’époque de Loder & Schweizer (1919-1925).

Céramiques de Loder & Schweizer dans CERAMICA CH

Le 11 décembre 1918, nous apprenons, à la lecture des journaux, qu’Adolf Schweizer et Emil Loder (1890-1971) ont conjointement acquis l’ancienne propriété industrielle de la veuve Wanzenried au prix de Fr. 18 000 (dont Fr. 15 000 sous forme d’une cédule hypothécaire). La transaction devient effective, avec pertes et profits, le 2 avril 1919 (Registre foncier de Thoune, document II, 775 du 17 mars 1919). La création de leur société en nom collectif a été annoncée dans la Feuille officielle suisse du commerce le 1er mars 1919 (FOSC 37, n° 59, 8 mars 1919). Adolf Schweizer avait été auparavant apprenti chez Wanzenried et était directeur général de la la Coopérative DESA, poterie d’art à Steffisbourg au moment de l’achat. Emil Loder a probablement travaillé comme directeur général de la manufacture Wanzenried depuis la fin de 1915. On peut seulement supposer que les deux directeurs généraux (Schweizer chez Desa et Loder chez ex-Wanzenried) se sont préalablement rencontré incognito quelque part à Steffisbourg ou se sont connus plus tôt, d’autant plus qu’Adolf Schweizer avait épousé en 1917 la peintre sur céramiques Elise Eyer (1892-1970, fille du potier Gottfried Eyer, 1856-1892 et de son épouse Elise Gfeller), qui travaillait également à la Manufacture ex-Wanzenried.

Publication de la société en nom collectif Loder & Schweizer dans la Feuille officielle suisse du commerce No. 59 de 1919. On y lit :

Bureau de Thoune

8 mars. La société « Manufacture de céramiques Wanzenried » de Thoune, ayant son siège à Steffisbourg, spécialisée dans la fabrication de poteries et majoliques (Feuille officielle suisse du commerce FOSC n° 252 du 28 octobre 1915, page 1146), a cessé d’exister par suite de la vente de l’entreprise et est radiée du registre du commerce.

Poterie d’art – 8 mars. Emil Loder, de Grossafoltern, et Adolf Schweizer, de Steffisbourg, tous deux céramistes et résidant à la Bernstrasse- Rue de Berne à Steffisbourg, ont fondé une société en nom collectif sous l’appellation « Loder & Schweizer » à Steffisbourg, qui est devenue effective le 1er mars 1919. Poterie d’art. Gare de Steffisbourg

Ils utilisent encore le nom de Wanzenried pour souligner la filiation ; on voit ainsi apparaître cette publicité en 1922 :

On y lit : Atelier de céramiques d’art Loder & Schweizer, Gare de Steffisbourg, fondé en 1876 par J. Wanzenried, mais cette date est erronée ! La Manufacture Wanzenried a été fondée en septembre 1878.

Un album photo conservé dans la succession d’Emil Loder témoigne de leur production commune (provenant de la succession de la manufacture « Kunstkeramik Luzern – Céramiques d’art de Lucerne », aujourd’hui déposée aux Archives d’État de Lucerne sous la référence PA 1421/PLA 202). Loder & Schweizer poursuivent avec succès les thèmes de la manufacture Wanzenried, comme le « Vieux-Thoune » et le « motif aux hiboux » et développent une production de terres cuites ornées de décors au barolet et des motifs gravés.

Foto Angelo Steccanella Antik und Rar.

Mais en même temps, probablement grâce à Emil Loder en premier lieu, la firme développe de nombreuses formes et de nouveaux décors auxquels elle attribue des numéros. Sur le plan stylistique, on pourrait classer ces décors dans le style de l’Art Nouveau tardif ou de l’Art Déco naissant.

Atelier des femmes peintre sur céramiques chez Loder & Schweizer, vers 1919-1925.

On y retrouve, encore et toujours, les dessins et esquisses pour les décors de céramiques de Paul Wyss.

À la même époque, Emil Loder s’est également essayé à la sculpture. Ainsi la Manufacture a produit diverses figurines d’animaux (photo provenant de la succession de la Manufacture « Kunstkeramik Luzern – Céramiques d’art de Lucerne », aujourd’hui déposée aux Archives d’État de Lucerne).

La marque de la Manufacture est un « LS » (pour Loder & Schweizer) ligaturé, souvent combiné avec le nom du lieu de production « Steffisburg » et le numéro correspondant à forme, respectivement au décor.

C’est uniquement sur les céramiques décorées avec le « motif aux hiboux » qu’apparaissent encore les marques aves les deux étoiles de la manufacture Wanzenried et la désignation « Thoune » (en français).

Les ventes se faisaient entre autres par l’intermédiaire de la « Mustermesse – Foire suisse d’échantillons » à Bâle (MUBA), fondée en 1917 (photo provenant de la succession de la Manufacture « Kunstkeramik Luzern – Céramiques d’art de Lucerne », aujourd’hui déposée aux Archives d’État de Lucerne).

Ci-dessus l’invitation à la MUBA de 1924. On y lit :

Steffisbourg-gare, le 1er mai 1924

Par procuration

Nous aimerions attirer votre attention sur la prochaine foire d’échantillons à Bâle.

Comme ces dernières années, nous présenterons nos nouveautés à nos estimés clients. Vous aussi, vous trouverez de nouveaux articles, de nouvelles formes et de nouveaux décors adaptés à vos besoins.

Nous aimerions saisir cette occasion unique au cours de l’année pour vous inviter là où nous pourrons vous rencontrer personnellement avec une grande collection d’articles. Nous serions ainsi heureux de vous accueillir à notre stand 253, Halle II.

Nous attirons votre attention sur le fait que les billets d’entrée pour les acheteurs, valables pour 4 entrées dans les halls d’exposition, vous seront remis gratuitement par nos soins, au lieu des Fr. 3.00 qu’ils vous coûteraient, à condition que ces cartes d’entrées nous soient commandées jusqu’au 10 de ce mois.

Si, contre toute attente, vous ne pouviez pas visiter notre exposition, nous sommes toujours prêts à vous envoyer de nouveaux articles pour que vous puissiez les consulter et passer directement vos inestimables commandes.

Nous serions heureux si vous nous réserviez déjà ce que vous désirez comme vases à fleurs, cruches, pots à tabac, etc. Nous vous assurerons un service rapide.

Respectueusement vos, Loder & Schweizer

Extrait de la Feuille officielle suisse du commerce (FOSC) du 17 juin 1925.

On y lit :
Poterie d’art – 17 juin. La société en nom collectif Loder & Schweizer, Poterie d’art à Steffisbourg-gare (FOSC N° 59 du 12 mars 1919, page 42), a été dissoute. L’actif et le passif sont transférés à la société « Adolf Schweizer », à Steffisbourg-Gare.

Le propriétaire de la société Adolf Schweizer, à Steffisbourg-Gare, est Adolf Schweizer, de Steffisbourg, à Steffisbourg-Gare. La société reprend les actifs et les passifs de la défunte société en nom collectif « Loder & Schweizer » à Steffisbourg-Gare.

Au début de 1925, Emil Loder et Adolf Schweizer mettent fin à leur collaboration. Les raisons ou les causes de cette rupture ne sont pas connues avec plus de précision. C’est ce qui ressort d’une correspondance conservée entre Emil Loder et sa future épouse Frieda Schenk. Ce désaccord n’a cependant pas empêché les deux anciens partenaires de travailler ensemble par la suite, par exemple, sur une commande de grande envergure pour la Fête fédérale de tir à Lucerne en 1939. Adolf Schweizer a acheté l’entreprise en 1925 et Emil Loder s’est installé à Lucerne, où il a fondé la « Kunstkeramik A.G. Luzern – Céramiques d’art de Lucerne S.A. ».

Céramique de Loder & Schweizer sur le site « Antik und Rar »

Céramiques de Loder & Schweizer dans la collection du Musée national suisse

Traduction Pierre-Yves Tribolet