Wiesen, Musée villageois (DMW)

Dorfmuseum Wiesen
Haus zum Süessa Wichel
Obergasse 47
7494 Davos Wiesen
Tél. :  +41 (0)81 404 20 35
E-mail : dorfmuseum.wiesen@bluewin.ch

Céramiques du Musée villageois de Wiesen dans CERAMICA CH

Andreas Heege, 2021

Le musée du village grison de Wiesen, dans le district de l’Albula, mais faisant partie de la commune de Davos depuis 2009, illustre les conditions de vie dans une petite ferme Walser (des paysans de montagne germanophones) du 19ème siècle. Outre la cuisine, le salon et la chambre à coucher, le musée présente également une salle de couture et une salle de tissage, deux activités qui faisaient partie du travail domestique de l’époque. En plus de l’exposition permanente sur les habitudes domestique du 19ème siècle, le musée présente régulièrement des expositions temporaires centrées sur l’histoire du lieu.

Le musée est soutenu par la municipalité et entretenu par les habitants de Wiesen. Il a été ouvert en 1979. La collection a été rassemblée principalement, mais pas seulement, à Wiesen et dans ses environs.

L’exposition comprend un total de 40 céramiques, principalement de la fin du 19ème et du 20ème siècle, composée de 22 pièces en terre cuite, 15 pièces en faïence fine, 2 pièces en grès, et 1 objet en faïence. Comme il est habituel dans les inventaires des petits musées des Grisons, les pots à anse (pots à lait) sont particulièrement nombreux.

Les céramiques de Berneck, dans le canton de Saint-Gall, sont présentes comme il est usuel dans les autres musées de ce type dans les Grisons, mais leur nombre dans la collection n’est pas très important.

Il existe deux céramiques de la poterie Deragisch du village grison de Bugnei, village à une centaine de km à l’ouest de Wiesen, dans le district grison de la Surselva, dont une présente une forme de soupière basée sur le modèle des poteries de Berneck qui n’a pas été documentée à Bugnei à ce jour. Ces deux pièces sont arrivées au musée en tant que cadeaux de propriétaires de maisons de vacances et ne sont donc pas représentatives de la surface de vente de la poterie Deragisch à Bugnei.

La typique vaisselle à  glaçure au manganèse, de couleur noire-brune, provenant des manufactures de céramique de la Suisse alémanique (notamment Kilchberg-Schooren, Schaffhouse, Aedermannsdorf) est également représentée. L’une des pièces est vraisemblablement une imitation locale (ou du canton des Grisons ?) d’un potier malheureusement inconnu pour l’heure.

La vaisselle brune, ces « céramiques en terre cuite glaçurée  à la manière de Bunzlau » (nom allemand d’une ville de Basse-Silésie, actuellement en Pologne et dont l’actuel appellation en polonais est Bolesławiec), régulièrement importée en Suisse à partir de la fin du 19ème siècle, est représentée par un moule pour la cuisson du Kougelhopf.

Un groupe plus important de poteries est formé par des terres cuites plus récentes, qui datent probablement de la première moitié du 20ème siècle. Il s’agit notamment de plats avec des marbrures ou des gros points, ou encore, de jattes présentant des bords recourbés.

Un pot à lait issu d’une production plus récente, mais antérieure à 1948, date à laquelle la Manufacture de céramique Chapuis et Cie SA à Bonfol, petit village du canton du Jura, modifie sa raison sociale en Céramique d’Ajoie S.A. (FOSC 1948/1827), a également été commercialisé jusqu’aux Grisons. Comme d’autres pots à lait, il est possible qu’il soit arrivé dans les Grisons par commande postale, peut-être via les catalogues de vente de la chaîne Jelmoli.

On aimerait ici conclure l’histoire de ces typiques pots à lait « roses » rencontrés dans nombre de musées grisons. Ils ne portent jamais de marque de fabricant, ce qui explique que nous ne sachions pas s’ils ont été fabriqués en Suisse ou en Allemagne, par exemple.

La faïence n’est représentée dans la collection du musée que par une seule pièce, plutôt singulière. Au regard de la forme, il s’agit peut-être d’une copie par un potier grison (?) de ces pots à lait ou de ces cafetières à glaçure au manganèse de la production de Kilchberg-Schooren, canton de Zurich ou d’Aedermannsdorf, canton de Soleure. Cependant, la pièce a été terminée en la recouvrant avec une étrange glaçure de faïence de couleur jaune. Nous ne connaissons pas encore par les archives les produits grisons attestés des poteries de Davos, de Wiesen ou d’Alvaneu du 19ème siècle (voir Heege 2019, 34-37). Une attribution définitive et formelle pour cette céramique ne peut donc être prononcée à ce stade.

Typique des inventaires des musées du patrimoine et des habitations de la fin du 19ème et du 20ème siècle, les produits en faïence fine de divers fabricants européens constituent le deuxième groupe le plus important pas sa quantité. Cette tasse avec son décor de marbrures colorées, produite à Schramberg, dans le Land allemand du Bade-Wurtemberg, reste jusqu’à présent unique dans les collections suisses examinées à ce jour.

Un petit groupe d’assiettes en faïence fine de la société Villeroy&Boch à Mettlach, dans le Land allemand de la Sarre, a terminé sa course dans ce musée grâce à un prêt de collectionneurs résidant à Zurich. Le décor de ces assiettes représente des vues romantiques de la vallée du Rhin et ont été produites à la fin des années 1840. La première assiette montre les ruines du château de Stolzenfels sur le Rhin.  Dans le fond de la deuxième assiette se trouve une vue des ruines du château de Schönburg dans la vallée d’Engelhöll près d’Oberwesel dans l’arrondissement de Rhin-Hunsrück dans le Land de Rhénanie-Palatinat, d’après une gravure sur acier de J. Saunders d’après William Tombleson (1795-1846, gravée probablement avant 1832 pour W.G. Fearnside, Views of the Rhine, Londres 1832).

Diverses autres pièces céramiques en faïence fine proviennent de la production des années 30 de Zell am Harmersbach, dans le Land allemand du Bade-Wurtemberg.

La collection du musée comporte une assiette également produite dans les années 30 par la Fabrique de céramiques Ziegler à Schaffhouse.

En ce qui concerne grès, on relève la présence d’une bouteille d’eau minérale fabriquée au tour provenant de Niederselters an der Lahn, dans l’électorat de Trèves et le duché de Nassau en Allemagne, réputée pour ses eaux de source minérales « SELTERS » (aujourd’hui commune de Selters à Taunus, arrondissement de Limburg-Weilburg dans la Hesse) dont provient le nom d’eau de « Seltz », qui était le leader incontesté du marché et le principal fournisseur pour la Suisse. Elle date de l’époque prussienne  (1866-1878).

Remerciements

Nous tenons à remercier les responsables du musée du village de Wiesen, en particulier Mme Anita Bernhard, pour leur accueil amical et leur soutien pendant le travail de documentation.

Traduction Pierre-Yves Tribolet

Bibliographie : 

Heege 2019
Andreas Heege, Keramik aus St. Antönien. Die Geschichte der Hafnerei Lötscher und ihrer Produkte (1804-1898) (Archäologie Graubünden – Sonderheft 7), Glarus/Chur 2019.